Monastère de Sihla

Le monastère de Silha est situé sur un petit plateau. En face de l’ermitage se trouve un mur de pierre, après celui-ci se trouve les caves. La légende raconte qu’une fille connue du peuple sous le nom de Teodora y aurait vécu pendant soixante ans. Le monastère de Silha (Comté de Neamt) est situé dans les hauteurs des montagnes de Stanisoara, dans un champ protégé par l’ouest par des bloques de pierre. Cette place cachée où les moines se sont retirés est difficilement accessible.

Crée au XIII siècle, elle est aujourd’hui entièrement reconstruit. En 1763 une petite église fut construit par Ionta Cantacuzino au pied d’un rocher faisant face au monastère. Non loin de cette église, à côté de gros bloques de roche se trouve la cave de Sainte Theodora. Nous pouvons y accéder du village d’Agapia ou du monastère en empruntant un chemin montagneux pavé. Cette route est recommander surtout pour les véhicule tout-terrain.

Sainte Theodora est née au XVII siècle à Vinatori un village du comte de Neamt. Elle était mariée à un jeune homme pieux, mais, parcequ’elle ne pouvait avoir d’enfant, ils décidèrent de rentrer au monastère. Saint Theodora alla à l’ermitage de Varzaresti-Vrancea et son mari, lui, entra dans l’ermitage de Poiana Marului. Il fut renommé Eliodor. A cause des incusrions Turques, Saint Teodora se retira dans les montagne de Buzaului avec son abbesse Paisia. Après sa mort, Theodora vécu dans l’ermitage de Silha dans le comté de Neamt. Avant sa mort elle fut miraculeusement recueilli par les moines du monastère de Shastria.

Ils enterrèrent son corps dans la cave où elle avait passé sa vie. En 1830, Milhail Struza restaura l’ermitage de Sihla et plaça les reliques de Theodora dans un cercueil. Ces réliques fut ensuite placé dans l’église de l’ermitage pour qu’elles soient vénérées. Après un certain temps, les reliques fut déplacée au village de Miclauseni. En 1852 elles ont été envoyées au monastère de Percersca à Kiev et placées dans un cercueil où « Sainte Theodora des Carpates » fut gravé.

Après la canonisation officielle de 1992, son culte grandi, par des pèlerinages à la cave de Sainte Theodora près du monastère de Sihla, ou par la construction d’église qui lui furent dédiées.