Monastère de Putna

Le monastère de Putna a été érigé entre 1466 et 1469, pendant l’âge d’or de Stephan le Grand (1457-1504) qui fût aussi enterré ici. L’église du monastère de Putna est sans aucun doute une œuvre monumentale. Les maîtres d’œuvres et les peintres se sont surpassés pedant la réalisation de l’église. Le chroniqueur Ion Neculce fit mention de sa beauté et des circonstances pour les quelles il fut construit ici : « Quand il a décidé construire le monastère de Putna, Stephan le grand tira une flèche du haut d’une montagne qui était voisine du monastère. À l’emplacement de l’impacte, l’autel ou le sanctuaire fut construit. »

Même si l’image originelle de l’église a été préservée, il est mention dans les chroniques « les peintures internes et externes étaient couvertes d’or ». Détruite en 1653, et reconstruit entre 1653 et 1662 pendant les règnes de Vasile Lupu, Gheorghe Stefan et Eustratie Dabija, l’église a été depuis préservée dans cet état. L’église suit l’architecture typique moldave, elle a été construit avec cinq pièces:un porche, un narthex, une cambre funéraire, une nef et un autel.

L’église possède cependant le style particulier du « trèfle » avec une extension sur le côté ouest, qui la rend plus longue, plus fine et plus élégante. Un motif « brau » encercle le corps de l’église, contrebalançant la hauteur du bâtiment et le rendant plus « plat ». Au lieu de l’entrée sur le côté est, il y a des portes latérales sur le côté ouest du narthex et une seule tour polygonale sur le toit, décorée de motifs floral et alternée avec des colonnes. Dans le narthex il n’y a qu’un seul abside contenant de l’encens présent pour le jour du nouvel an.

Fait sous les ordres du prince douze ans avant qu’ils meurt. La tombe du roi pieux Stefan le Grand est située dans la partie sud de la chambre funéraire. Auprès de sa tombe se trouve celle de Madame Maria Voichita. Dans la partie nord se trouvent trois autres tombes : Celle de Madame Marie de Mangop,et celles de Petru et Bogdan. Les petits fils de de Stefan le Grand. Le monastère possédait une grande école de copieurs et miniaturistes. Ils retranscrivaient et décoraient des textes religieux, et entre le Xxème et XVIème siècle, une école primaire et un collège avaient été mis en place, là où les chroniqueurs et le clergé Moldave étaient formés.

Le musée contient, des couvres livres, de nombreux livres peints du monastère et une superbe collection d’artefacts religieux. L’un des couvres livre a été réalisé en 1477 par la princess tartare Maria de Mangop, femme de Stefan le Grand. Ce couvre livre était fait de soie. Un autre joyau du monastère est l’icône miraculeuse de Theokos qui a été amené, selon la légende, de Constantinople en 1472, par Madame Maria de Mangop. Ainsi que que le crâne de Saint Ghenadie, l’ouvrier exceptionnel, recouvert d’or et d’argent. Ils furent donnés à l’église en 1488 par leurs fondateurs. Il y a aussi plusieurs manuscrits illuminés, l’un d’eux possède l’unique portrait de Stefan le Grand ainsi que d’autres église qu’il a crée. Selon la tradition, à l’extérieur de l’église, dans la partie sud, à côté de l’autel sacré, il y a la tombe du Saint Hiérarque Illie Iorest, un moine de Putna qui fut Métropolite de Transylvanie, où il se confessa Orthodoxe pendant la persécution de Calvin. Après plusieurs année de prison, quand il revint à Putna, il mourra le 12 Mars 1678.

Pour les Chrétiens, Putna à toujours été une forteresse et piété et de spiritualité, où de nombreuses génération de moines aspiraient à devenir parfait, à comprendre les voies du seigneur. Les moines devaient prier pour le monde entier, ceci était leur première tâche. Grâce aux moines, les prières ne se sont jamais arrêtées sur Terre et celui n’est maintenu que par elles. Pour cela, les moines de Putna essaye de servir la Liturgie divine et les sept prières tous les jours.